Histoire de la Serie A (Italie)

La naissance du championnat italien de football (Serie A) remonte à 1898. C’est cependant en 1929 que le format que nous connaissons aujourd’hui est apparu. Retour sur 123 ans d’histoire à travers cette page.

Le championnat fédéral de 1898 à 1903

Les premiers championnats reconnus en Italie se déroulent, entre 1898 et 1901, sous un format à élimination directe (inspiré de la Coupe d’Angleterre) avant que des groupes géographiques ne soient définis en 1902. Le Genoa remporte 6 des 7 premières éditions du championnat, uniquement interrompu par l’AC Milan en 1901.

Passage au championnat de Première catégorie de 1904 à 1922

En 1905, la Fédération italienne de football (FIF) fait son entrée à la FIFA et le championnat italien est repensé. Il est ainsi renommé “Première catégorie” et des tournois régionaux sous la forme de matches aller-retour voient le jour. En 1907, la FIF prend la décision de doubler le championnat en raison du nombre croissant de joueurs étrangers affluant dans le championnat transalpin. C’est ainsi que le Campionato Federale FIF vit le jour sans être officiellement reconnu. Ce dernier était ouvert aux clubs dans lesquels évoluent des joueurs étrangers. De l’autre côté, la Prima Categoria 1908 (le championnat composé de clubs possédant uniquement des joueurs italiens) demeura officiel. En 1908 et 1909, la Juventus Turin remporte les deux éditions du championnat de la FIF.

En 1915, l’entrée en guerre de l’Italie amène la FIGC (ou FIF, la Fédération italienne de football) à suspendre le championnat le 22 mai. Le territoire italien n’étant pas directement touché par la guerre, l’idée d’une Coppa Federale nait, portée par la demande des supporters désirant suivre leurs équipes. Non officielle, cette compétition (remportée par l’AC Milan) se heurte à la non-participation de nombreux clubs. Suite à cela, le football italien connaît une mise à l’arrêt jusqu’en 1919 et la fin du conflit mondial.

En conséquence du nombre croissant de clubs engagés en compétition, la saison 1921/22 voit le championnat être divisé en deux parties : d’un côté le championnat de la CCI (Confederazione Calcistica Italiana) et de l’autre le Championnat de la FIGC. Suite à cela, de nombreux clubs décidèrent de créer une nouvelle fédération siégeant à Milan. Malgré d’importants actionnaires et d’apports financiers, l’idée de deux championnats ne fonctionnera qu’une seule saison à l’issue de laquelle deux clubs seront officiellement nommés champions (le Pro Vercelli pour la CCI et l’US Novese pour la FIGC).

1922 – 1929 : Première Division et Division Nationale

Le paysage footballistique italien est en plein chaos, tiraillé entre la CCI et la FIGC. Est alors décidé en 1922 qu’un nouveau championnat à poule unique doit être créé, rassemblant ainsi les meilleures équipes des deux championnats précédemment évoqués. Cette nouvelle formule nommée “Première Division” se compose ainsi de 36 équipes divisées en 3 poules. Selon le règlement, les 18 meilleures équipes de la CCI et les 12 de la FIGC participent à cette compétition. De plus, les 6 places encore libres sont attribuées à l’aide d’un match éliminatoire. Cette Première Division existe ainsi jusqu’au terme de la saison 1925/26, avant d’être remplacée par la Division nationale entre 1926 à 1929, puis par la Serie A que nous connaissons aujourd’hui.

Pour l’anecdote, la nouvelle Division nationale se caractérise par le fait que les vingt meilleures équipes italiennes sont divisées en deux poules, sans prise en compte de leur zone géographique. Les trois premiers de chaque groupe se qualifient ainsi pour le tour final tandis que les vaincus disputent la Coupe CONI (organisée par le Comité olympique national italien).

La Serie A de 1929 à aujourd’hui

En 1929 survient la professionnalisation du football en Italie et avec elle le changement du nom du championnat devenu Serie A. Il se dispute sous la forme d’une poule unique entre 16 ou 18 équipes, passées au nombre de 20 depuis la saison 2004/05. Alors qu’on entre dans les années 1930, trois clubs du Nord de l’Italie écrivent de grandes lignes du championnat : la Juventus Turin, le Milan AC et l’Inter Milan. Le football se développe au-delà des Alpes, à tel point qu’il devient le sport le plus populaire du pays.

Les bases d’une tactique rigoureuse

Les années qui suivent voit l’éclosion du fameux catenaccio italien, remis en lumière après la Seconde Guerre mondiale par Gipo Viani, alors entraîneur de Salernitana. Cette tactique supra-défensive va notamment permettre à l’Inter Milan de dominer l’Italie et l’Europe dans les années 1960.

L’Italie aux italiens

Après la défaite de la Squadra Azzurra face à la Corée du Nord lors de la Coupe du Monde 1966, la fédération prend la décision d’interdire à tous les joueurs étrangers de participer au championnat de Serie A entre 1966 et 1980.

L’âge d’or du calcio de 1980 à 1990

Dans les années 1980, le championnat est dominé par la Juventus (4 scudetto entre 1980 et 1986) et par l’AS Rome (1 titre en 1983). De son côté, le club historique de l’AC Milan connaît des difficultés financières et est même relégué en Serie B. Cependant, l’arrivée de Silvio Berlusconi à la tête des Rossoneri et celle de Maradona à Naples vont participer à un nouvel équilibre. Milan et Naples remportent chacun plusieurs championnats.

À la fin des années 1990, une loi est édictée pour permettre aux clubs italiens de pouvoir compter plusieurs joueurs étrangers dans leur équipe. Ainsi, plusieurs joueurs sud-américains (Ronaldo, Batistuta ou encore Crespo) vont rejoindre la “Botte” et des clubs comme la SS Lazio ou la Fiorentina vont émerger et se positionner comme de possibles prétendants au scudetto.

Sur la scène européenne, les clubs italiens sont bien représentés puisqu’ils figurent souvent dans les affiches des Coupe UEFA et de Ligue des Champions.

2000 – 2021 : Entre déclin et désir de sommets

Au début des années 2000, divers clubs vont connaître une phase creuse. La SS Lazio, pourtant vainqueur du championnat en 2000, perd en compétitivité et est contrainte de jouer le ventre mou de Serie A. Parme fait également face à de gros problèmes financiers et frôle la relégation. Quant à elle, la Viola se retrouve tout simplement reléguée en 4ème division italienne en 2002, le club tombant en faillite.

La Juventus Turin remporte les titres 2002, 2003, 2005 et 2006 mais ces deux derniers leur seront enlevés en raison de matchs truqués, menant même le club à sa rétrogradation en Serie B. Suite à cela, l’Internazionale Milan s’octroie 5 titres consécutifs. En 2006, l’affaire du calciopoli (impliquant plusieurs clubs de Serie A) fragilise encore un petit peu plus la Serie A aux yeux du grand public. Rétrogradé en troisième division pour faillite en 2004, Naples retrouve le devant de la scène dès 2007. Sur la scène européenne, les clubs italiens brillent moins que dans les décennies précédentes, se reposant sur l’AC Milan et l’Inter Milan pour briller dans les compétitions continentales.

Entre 2012 et 2021, la Juventus Turin règne sans partage sur l’Italie, remportant tous les titres mais ne parvenant pas à décrocher une Ligue des Champions. Les clubs de Milan, ceux de Rome ou Naples tentent, sans succès, de contester l’hégémonie des Blancs et Noirs. La donne change cependant à l’issue de la saison 2020/21 qui voit l’Inter Milan détrôner la Juventus au terme d’un exercice difficile pour les Bianconeri.

Plus d’informations sur l’histoire des autres championnats de football en Europe

Insolite-Foot.fr

Insolite-foot.fr © 2021 - Tous droits réservés