Histoire de la Ligue des Champions

Anciennement connue sous le nom de Coupe des clubs champions européens, la Ligue des Champions est une compétition annuelle organisée par l’UEFA. Aussi dénommée C1, ce tournoi européen voit s’affronter les meilleurs clubs du continent. C’est également la plus prestigieuse des compétitions interclubs du Vieux Continent.

Ligue des Champions : des origines françaises

L’idée d’une coupe d’Europe survient dès les années 1950 dans les colonnes du quotidien sportif L’Équipe. En effet, l’ancien footballeur professionnel devenu journaliste, Gabriel Hanot, rédige de nombreux articles pour promouvoir son idée. En décembre 1954, son collègue, Jacques de Ryswick, y dédie un article présentant le “projet d’une coupe d’Europe interclubs”. Tout s’accélère au début de l’année 1955. Au regard de l’engouement continental grandissant autour de cette idée, Jacques Ferran, ex-rédacteur en chef du quotidien, rédige, le 25 janvier, un premier règlement de la compétition. Dans le même temps et en accord avec la FIFA, il convie différents clubs européens à participer à la première édition de cette dernière et tous acceptent d’y prendre part. La Fédération Internationale de Football Agency (FIFA) débutant à peine son existence, c’est directement L’Équipe qui se décide à se charger de toutes les démarches nécessaires à la création d’une nouvelle coupe. La direction du journal convainc la Fédération française de football (FFF) et chaque pays doit décider d’un club pour participer à la compétition. Les 2 et 3 avril 1955, L’Equipe accueille les représentants des 16 clubs censés y  prendre part afin d’en définir les dates et les règles officielles. Retrouvez les chiffres marquants sur la Ligue des Champions (club le plus titré, club avec le plus de participations…).

Un grain de sable dans la machine

Alors que tout semblait bouclé, la FIFA, qui sent le vent tourner et craint qu’une organisation extérieure à celles officielles qui existent déjà n’apparaisse, décide de poser son veto à la concrétisation du projet et en confie la prise en charge à l’UEFA. Elle interdit également l’utilisation du terme “Europe” dans le nom de la coupe, décrétant que cette appellation est désormais réservée aux compétitions opposant les équipes nationales. La Fédération anglaise (FA) est hostile à cette prise de position et, en juillet 1955, annonce que le club londonien de Chelsea déclare forfait pour la première édition.

1955 – 1991 : La Coupe des clubs champions européens

C’est dans le contexte évoqué précédemment que se tient, lors de la saison 1955/1956, la première édition de la Coupe des clubs champions européens (CCC). Dès sa première édition, la compétition rencontre un vif succès. Son format est simple puisque, mise à part la finale, toutes les rencontres se disputent sous le format “aller-retour”. Deux évènements majeurs sont à noter lors des débuts de cette coupe :

  • La Coupe Latine, qui voyait s’opposer les champions d’Espagne, du Portugal et d’Italie, est dissoute en 1957, barrée par la Coupe des clubs champions.
  • L’UEFA (Europe) et la CONMEBOL (Amérique du Sud) créent la Coupe Intercontinentale qui voit s’affronter le vainqueur de la Coupe des clubs champions et le vainqueur de la Copa Libertadores. Le vainqueur est sacré “Meilleur club du monde”.

Quels sont les 16 clubs participants à l’édition 1955 ?

Servette FC (SUI)

AGF Arhus (DAN)

Real Madrid CF (ESP)

Stade de Reims (FRA)

Sporting Portugal (POR)

Budapest Voros Lobogo SE (HON)

Partizan Belgrade (SER)

RSC Anderlecht (BEL)

Rapid Vienne (AUT)

Djurgårdens IF (SUÈ)

PSV Eindhoven (PBS)

Gwardia Varsovie (POL)

AC Milan (ITA)

Rot-Weiss Essen (ALL)

FC Sarrebruck (ALL)

Hibernians FC (ÉCO)

1955 – 1956 : Une première édition espagnole

Parmi les 16 clubs participants à la première édition de cette nouvelle coupe, 7 sont champions de leurs championnats respectifs. C’est ainsi que, le 4 septembre 1955, est jouée la toute première rencontre de l’Histoire de la compétition. Le Sporting Portugal et le Partizan Belgrade s’affrontent à Lisbonne et le match se termine sur le score de 3 buts partout. Représentant la France, le Stade de Reims de Raymond Kopa accède à la finale et y fait face au Real Madrid, tombeur de l’AC Milan en demi-finale. Le match est joué au Parc des Princes le 18 avril 1956 et, malgré le fait d’avoir mené à deux reprises, le club champenois s’incline finalement 4 à 3 face au club espagnol.

Cette première édition est donc une réussite totale et Jacques Ferran voit les ventes de L’Equipe augmenter de manière considérable.

1956 – 1960 : Un règne sans partage

La saison suivante voit déjà le format de la compétition évoluer, l’UEFA prenant conscience du potentiel de cette dernière :

  • Elle exige aux différentes fédérations la participation de chaque champion domestique européen (le Real Madrid, en tant que vainqueur, y participe également bien que n’ayant pas remporté le championnat espagnol).
  • 22 équipes sont au départ de l’édition 1956/1957, dont Manchester United, et s’affrontent lors d’un tour préliminaire qualificatif pour qu’uniquement 12 clubs puissent rejoindre le Real Madrid en huitièmes de finale.

Déjà vainqueur de la première édition, le club madrilène s’adjuge les quatre titres suivants en battant la Fiorentina (2-0) en 1957, l’AC Milan (3-2 a.p) en 1958, le Stade de Reims (2-0) en 1959 et l’Eintracht Francfort (7-3) en 1960.

1960 – 1966 : Coupe des clubs champions ou Coupe Latine ?

L’année 1961 voit le règne merengue prendre fin et celui du Benfica Lisbonne débuter. Le club portugais l’emporte en effet face au FC Barcelone (3-2). La saison suivante, le Real Madrid d’Alfredo Di Stefano réussit à rallier la finale et y est opposé au tenant du titre lisboète. Portée par le tout jeune Eusébio (auteur d’un doublé), la formation lusitanienne s’impose 5 buts à 3. En 1963, pour la troisième fois d’affilée, le Benfica se hisse en finale mais est cette fois défait par l’AC Milan (2-1). La saison suivante, c’est l’autre club milanais, l’Inter, qui est sacré après sa victoire face au Real Madrid (3-1) puis récidive face au Benfica (1-0) en 1965. Les madrilènes retrouvent la victoire en 1966 en prenant le meilleur sur le Partizan Belgrade (2-1).

Le club décroche son sixième titre et l’ailier gauche espagnol, Francisco “Paco” Gento, qui a pris part à ces six épopées est, encore aujourd’hui, le joueur ayant soulevé le plus grand nombre de fois ce trophée.

1966 – 1969 : Le Royaume-Uni brille

En 1967, le Celtic Glasgow devient la première équipe non-latine à remporter la compétition en prenant le meilleur sur l’Inter Milan (2-1). Manchester United lui succède en battant le Benfica Lisbonne (4-1 a.p). Vainqueur de l’édition 1968-1969, l’AC Milan (4-1 contre l’Ajax Amsterdam) sera la dernière équipe du sud de l’Europe à remporter le trophée pendant une période longue de 16 années.

1969 – 1973 : Les Pays-Bas au centre de l’Europe

Le succès du Feyenoord Rotterdam face au Celtic Glasgow (2-1 a.p) en 1970 préfigure de la domination d’un autre club hollandais : l’Ajax Amsterdam. En effet, lors des trois années qui vont suivre, le club amstellodamois remporte 3 coupes. Il surclasse le Panathinaikos (2-0) en 1971, l’Inter Milan (2-0) en 1972 puis la Juventus Turin (1-0) en 1973.

1973 – 1976 : Rigueur allemande

L’exploit de l’Ajax est suivi par celui du Bayern Munich. Et c’est peu dire que le premier titre du club bavarois résonne comme un miracle. Les allemands sont opposés à l’Atletico Madrid lors de la finale en 1974 et parviennent à égaliser au bout de la prolongation (1-1). Aucune règle n’existant alors pour déterminer quel club gagnerait le titre, le match est rejoué deux jours plus tard. Sans contestation, le Bayern s’impose 4 buts à 0 et enregistre le premier de ses trois titres consécutifs. En 1975, lors d’une finale tendue contre Leeds United – l’attitude des supporters du club anglais lui vaudront une exclusion des compétitions européennes pour trois ans – les Bavarois s’adjugent leur second trophée (2-0). L’année suivante, le club de Gerd Muller s’impose face aux Verts de Saint-Étienne (1-0), privant ainsi le club du Forez de devenir le premier représentant français a remporter la compétition. Le Bayern remporte ainsi sa troisième Coupe d’Europe consécutive.

1976 – 1985 : L’Europe à l’accent anglais

Lors de la saison 1976/1977, pour sa première participation à une finale de Coupe des clubs champions, le Liverpool FC remporte le titre au détriment du Borussia Monchengladbach (3-1). Le club récidive l’année suivante en battant le Club Brugge (1-0). Malheureusement pour eux, les Reds tombent dès le premier tour de l’édition 1978/1979 face à son futur vainqueur, Nottingham Forest (qui, en finale, bat le club suédois du Malmö FF par 1 but à 0). Forest conserve son titre en 1980 face au Hambourg SV (1-0) et devient ainsi le premier club de l’Histoire à avoir plus été sacré sur la scène continentale que nationale. En 1981, Liverpool décroche son troisième titre en venant à bout du Real Madrid (1-0). Un autre club anglais succède aux deux précédents puisque c’est Aston Villa qui s’offre sa première C1 aux dépens du Bayern Munich (1-0) en 1982. La série des britanniques est stoppée en 1983 conséquemment au succès du Hambourg SV face à la Juventus Turin (1-0). La saison 1983/1984 est marquée par le quatrième succès des Reds de Liverpool face à l’AS Rome au terme d’une séance de tirs au but au cours de laquelle le gardien sud-africain du club anglais, Bruce Grobbelaar, marque les esprits :

  • Face à Bruno Conti, il fait mine de manger les filets comme si ces derniers étaient des spaghettis.
  • Face à Francesco Graziani, il fait vaciller ses jambes, imitant un homme ivre.

Ces deux évènements atypiques portent leurs fruits puisque les deux tireurs romains loupent leur penalty. De nouveau finaliste l’année suivante, Liverpool est battu 1 but à 0 par la Juventus de Michel Platini mais cette finale est surtout le théâtre du triste drame du Heysel durant lequel une quarantaine de supporters décèdent suite à une bousculade en amont du coup d’envoi de la rencontre.

Suite à cela, l’UEFA décide d’exclure tous les clubs anglais de coupes européennes pour une durée de cinq ans. De leur côté, les Reds en sont exclus pour une durée indéterminée.

1985 – 1992 : Une période hétérogène

Après le drame du Heysel, aucun club n’arrive réellement à tirer son épingle du jeu. Suite à la victoire des turinois, trois nouveaux clubs remportent la coupe des clubs champions : le Steaua Bucarest en 1986 (face au FC Barcelone ; 0-0 a.p, 2-0 t.a.b), le FC Porto en 1987 (2-1 contre le Bayern Munich) et le PSV Eindhoven en 1988 (contre le Benfica Lisbonne ; 0-0 a.p, 6-5 t.a.b). L’AC Milan de Ruud Gullit, Marco Van Basten et Frank Rijkaard s’adjuge les éditions 1989 et 1990. En 1991, en battant l’Olympique de Marseille (0-0 a.p, 5-3 t.a.b), l’Étoile Rouge de Belgrade devient le dernier vainqueur du tournoi sous sa forme de phase à élimination directe.

En effet, dès la saison 1991/1992, est introduite une phase de poules qui se tient après les huitièmes de finale (les huit dernières équipes sont divisées en deux groupes desquels les deux équipes ayant terminé en tête s’affrontent en finale). Cette première édition de la nouvelle formule est remportée par le FC Barcelone qui s’impose face à la Sampdoria de Gênes après prolongations (1-0).

1992 : L’apparition de la Ligue des Champions

La “Coupe des clubs champions européens” est rebaptisée “Ligue des Champions” en 1992 et son format est régulièrement modifié :

  • Une phase de groupes à huit équipes en mise en place en 1992, puis est élargie à 16 en 1994, 24 en 1997 et 32 en 1999 (dont les deux premiers étaient qualifiés pour une seconde phase de groupes à 16).
  • Des huitièmes de finale remplacent cette seconde phase de groupes en 2003.
  • Initialement, seuls les clubs champions des différentes ligues des meilleurs pays (classés grâce au coefficient UEFA) pouvaient prendre part à la compétition. Cette règle fut élargie aux vice-champions en 1997 puis aux troisièmes et quatrièmes en 1999.

L’arrêt Bosman du 15 décembre 1995 (déclarant qu’il n’est plus possible de limiter le nombre de sportifs ressortissants de l’Union Européenne dans une équipe ou une compétition professionnelle) change la donne. En effet, depuis Porto (2003/2004) et le Paris Saint-Germain (2019/2020), aucune équipe n’appartenant pas au quatre grands championnats européens (Angleterre, Espagne, Allemagne et Italie) n’a réussi à rallier la finale de la C1.

Quels sont les 32 clubs participants à la nouvelle formule de Ligue des Champions (1992/1993) ?

Olympique de Marseille (FRA)

CSKA Sofia (BUL)
AC Milan (ITA)

Ferencvaros TC (HON)

FC Barcelone (ESP)

Lyngby BK (DAN)

VfB Stuttgart (ALL)

Besiktas JK (TUR)
Club Brugge KV (BEL)

Leeds United (ANG)

FC Porto (POR)

Kuusysi Lahti (FIN)
PSV Eindhoven (PBS)

Glentoran FC (IRN)

Lech Poznan (POL)

FK Zalgiris Vilnius (LIT)
Dinamo Bucarest (ROU)

Vikingur Reykjavik (ISL)

Rangers FC (ÉCO)

Viking Stavanger (NOR)
CSKA Moscou (RUS)

APOEL Nicosie (CHY)

IFK Göteborg (SUÈ)

Union Luxembourg (LUX)
Austria Vienne (AUT)

Maccabi Tel-Aviv (ISR)

FC Sion (SUI)

Olimpija Ljubljana (SLV)
AEK Athènes (GRÈ)

Skonto Riga (LET)

Slovan Bratislava (CZE)

Tavria Simferopol (UKR)

1992 – 1997 : L’Italie en quête de couronnes

L’édition 1992/1993 est la première à se jouer sous le format “Ligue des Champions”. Cette nouvelle formule voit être sacré le premier club français de l’Histoire en coupe d’Europe. Le 26 mai 1993 au Stade Olympique de Munich, Basile Boli propulse une tête puissante au fond des filets de Sebastiano Rossi pour offrir le titre à l’OM face à l’AC Milan (1-0). Les rossoneri prennent leur revanche l’année suivante en écrasant le FC Barcelone (4-0), alors entraîné par Johan Cruyff et grand favori de la compétition. En 1995, le club italien rejoint la finale pour la troisième fois consécutive mais butte sur l’Ajax Amsterdam (1-0). L’année suivante, le club amstellodamois se qualifie en finale mais tombe face à la Juventus (1-1 a.p ; 4-2 t.a.b) qui, en 1996 est à son tour battue par le Borussia Dortmund (3-1).

1997 – 2003 : Madrid, 32 ans après

Lors de la saison 1997/1998, les bianconeri disputent une troisième finale de C1 d’affilée mais sont battus par le Real Madrid (1-0) qui retrouve enfin le goût de la victoire après son dernier trophée en 1966. L’année suivante, c’est au tour de Manchester United de mettre fin à une période de disette longue de 31 années. Les Red Devils renversent le Bayern Munich (2-1) et deviennent le premier club anglais à remporter la C1 depuis Liverpool en 1984. Au début du 21ème siècle, le Valence CF parvient à se hisser à deux reprises en finale de Ligue des Champions mais est, les deux fois, battu (3-0 contre le Real Madrid (2000) puis 1-1 a.p et 5-4 t.a.b par le Bayern Munich (2001)). En 2002, porté par ses fameux “Galactiques”, le Real Madrid s’adjuge un troisième titre en cinq ans, venant à bout du Bayer Leverkusen sur le score de 2 buts à 1. La saison 2002/2003 est marquée par la présence de trois clubs italiens en demi-finale. Après une séance de tirs au but remportée 3 à 2 face à la Juventus, l’AC Milan soulève son sixième titre dans l’exercice.

2003 – 2005 : Deux années mémorables

L’arrivée des huitièmes de finale lors de la saison 2003/2004 amène également son lot de surprises avec les éliminations précoces des cadors européens que sont le Bayern Munich, le Real Madrid, l’AC Milan ou encore la Juventus Turin). De fait, deux équipes en profitent pour rallier la finale : l’AS Monaco et le FC Porto. Dans une confrontation totalement inédite, les portugais, entraînés par José Mourinho, viennent à bout des hommes de Didier Deschamps (3-0).

La saison suivante est le théâtre de ce qui est, encore aujourd’hui, la plus folle finale de l’Histoire de la compétition, aussi connue comme  “Le miracle d’Istanbul”. Alors que le Liverpool FC est mené par 3 buts à 0 à la mi-temps face au Milan AC, les Reds parviennent à revenir au score et finissent même pas s’imposer aux tirs au but (3-2), une performance au-delà de l’ordinaire.

2006 – 2018 : L’apogée espagnole

Après cette finale gravée dans les mémoires, c’est le FC Barcelone qui succède à Liverpool en venant à bout d’une autre équipe anglaise, Arsenal (2-1). L’année 2007 est celle de la revanche de 2005 entre Liverpool et l’AC Milan. Cette fois, ce sont cependant les italiens qui s’imposent 2 buts à 1. Cette victoire est synonyme de cinquième C1 pour l’emblématique Paolo Maldini. La saison suivante, pour la première fois, la finale de Ligue des Champions oppose deux clubs anglais : Manchester United et Chelsea (victoire des Red Devils 6-5 aux pénaltys). Les coéquipiers du jeune Cristiano Ronaldo (24 ans à l’époque) se hissent de nouveau en finale en 2009 mais tombent sur le club blaugrana, dirigé par Pep Guardiola, et chutent (2-0). Grâce à cette victoire, les catalans terminent une année historique, faisant du FC Barcelone le premier club de l’Histoire à remporter 6 titres majeurs sur une même saison.

Lors de la saison 2009/2010, c’est au tour de l’Inter Milan de José Mourinho de réaliser un triplé historique en remportant la Serie A, la Coupe d’Italie et la C1 (2-0 face au Bayern Munich). Une autre revanche se joue en 2011 : Manchester United est de nouveau opposé au FC Barcelone… et de nouveau défait (3-1). Les deux éditions suivantes sont respectivement remportées par Chelsea (4 buts à 3 aux tirs au but face au Bayern Munich) et par ce même club allemand (2-1 face au rival, le Borussia Dortmund). L’édition 2013/2014 voit, pour la première fois, s’affronter deux clubs d’une même ville : le Real Madrid et l’Atletico Madrid. Ce dernier, bien qu’ayant ouvert le score, voit Sergio Ramos offrir l’égalisation aux merengue au bout du temps additionnel (90è+3). Dépassés psychologiquement, les hommes de Diego Simeone s’inclinent finalement lourdement 4 buts à 1 à la fin des prolongations. Par la même occasion, le Real décroche sa Decima, la dixième C1 de leur Histoire. L’année 2015 est celle de la consécration pour le FC Barcelone et son trio magique Messi – Suarez – Neymar (abrévié “MSN”). Face à la Juventus de Gianluigi Buffon, les coéquipiers de la Pulga remportent leur cinquième titre dans la compétition.

Entre 2016 et 2018 s’ouvrent trois années de domination du Real Madrid qui s’adjuge les éditions 2016, 2017 et 2018 de la Ligue des Champions aux détriments de l’Atletico Madrid (1-1 ; 5-3 t.a.b), de la Juve (4-1) et de Liverpool (3-1).

En 12 ans, madrilènes et barcelonais se qualifient chacun pour huit demi-finales de la compétition (pour 4 victoires chacun).

2019 – 2021 : La conquête anglaise

Après sa défaite de 2018, Liverpool rallie une nouvelle fois la finale de la Ligue des Champions après une “remontada” extraordinaire face au FC Barcelone. Les Reds y font face aux Spurs de Tottenham, qualifiés au terme de deux demi-finales folles face à Manchester City. Dans un match des plus fermés, les hommes de Jurgen Klopp l’emportent finalement 2 buts à 0 et remportent leur première C1 en 14 ans. En 2020, dans un contexte mondial tendu en conséquence de la pandémie de coronavirus, le Bayern Munich vainc le Paris Saint-Germain (1-0), novice dans l’exercice, dans la première finale de l’Histoire de la C1 à se jouer à huis clos. L’édition 2021 est marquée par une nouvelle finale 100% anglaise entre Chelsea et Manchester City. Les Blues de Thomas Tuchel l’emportent sur la plus petite des marges (1-0) et s’offrent la deuxième Ligue des Champions de leur Histoire.